Des styles, du plus académique au plus débridé,
en prose ou en poésie... Un registre de langage soutenu, familier, voire argotique...
J'appliquerai votre choix à la rédaction de votre écrit.

KUKUXUMUSU

genre : roman picaresque
édition : autoédition - 100 exemplaires offerts au cours d'une fête

Mes pensées vont aux peuples en souffrance : en Russie, Afrique, Iran, Afghanistan, Syrie. Irak, Lybie, pays évoqués dans ce roman facétieux. Et aux nombreuses victimes innocentes de la folie des barbares, ces victimes cabossées un soir sans lune ou un matin sans soleil. Ce divertissement est sans prétention, dédié à mes amis du monde entier ! Pour oublier un moment les nouvelles qui appellent la tristesse. Que ces lignes provoquent en vous des sourires et des fous rires. Certains de mes amis jouent des rôles fictifs ; des personnages qui ne leur ressemblent pas dans la vraie vie. C’est une fiction surréaliste. 

OISEAUX MATINAUX

L'autre jour, tôt matin, dans mon sommeil sans bruit, – Joyeux, un chant d'oiseau tout soudain a jailli.
Les brumes du rêve alors, dans l'instant dissipées, – M'ont fait quitter le lit, la fenêtre approcher...
La ville au loin s'étend, dans l'aube rose pale, – Au-dessous, le gazon d'un jardin clos s'étale...
Invisibles à mes yeux, moineaux et merles trillent - Se répondent sans fin, cachés sous la charmille.

genre : poème en hommage à la gent ailée
origine : texte personnel

Je m’appelle Laurent. J’ai vingt-trois ans et je suis différent. La majorité des humains, comme vous sans doute, se déplace aussi facilement qu’elle respire. Aller de la cuisine au salon, du bureau à la maison, monter dans un train, faire du ski, nager est pour vous un acte naturel, ce sont des fonctions habituelles et vitales, des actes du quotidien, comme le cœur bat, comme les neurones organisent la pensée....
Pour moi, c’est différent. C’est une lutte de chaque instant.
Mon corps a dû perdre en route quelques rouages essentiels à la marche et à la mobilité...

genre : biographie
édition : Éditions Amalthée

SACRÉ LOLO !

LA MARQUISE & LE CHEVALIER

genre : dialogue badin et libertin sous les frondaisons dans le goût du 18eme siècle
origine : texte personnel

La scène représente une clairière, la Marquise et le Marquis se promènent lentement.
La marquise : – Marquis, vous témoignez d'une impudence rare !
– Le marquis : – Aussi bien que la foudre, frappé de vous revoir…
Elle fait mine de partir.
Restez un peu, Madame, que mes yeux puissent croire
Qu'un ange aux mille grâces se donne à entrevoir !

genre : livre technique d'un pdychologue clinicien
édition : Éditions Fabert

DE L'EMPRISE À LA RÉSILIENCE

Nous nous penchons dans cet ouvrage, sur les mouvements psychiques qui parcourent les familles à transactions violentes. L’attention du clinicien balaie un spectre large allant de l’inconscient du sujet singulier aux espaces psychiques partagés dans la vie familiale, incluant les rapports à l’histoire familiale et à l’avenir. Avenir des violences, avenir des victimes, avenir des témoins, enfants et adolescents, et les transformations possibles des auteurs.

Dans un royaume lointain, presqu'oublié du reste du monde, vivait une famille aisée, dans une belle demeure entourée de bois, de prairies et d'étangs. Les fêtes qui s'y donnaient étaient aussi nombreuses que les semaines du calendrier. Les propriétaires, leurs parents, leurs enfants et leurs domestiques y vivaient dans la facilité et l'harmonie, les ressources ne manquaient point, chacun savait son rang et ses prérogatives. Les années passaient dans un tourbillon de réceptions, bals et diners champêtres

LA MERVEILLEUSE ET ÉDIFIANTE HISTOIRE DES TORCHONS ET DES SERVIETTES

genre : conte
destination : leçon de politesse envoyée à des personnes indélicates

Dans les couloirs obscurs des rêves de mes nuits – Tourbillonnent et s'effacent des monstres inassouvis.
Noirceurs sans nulle figure, enveloppes indistinctes, – Leurs sinueux ballets où gronde un son distinct
Déroule sa farce hideuse, derrière mes yeux, tout près. – C'est carnaval macabre, et ma Mort présentée.
Le son en est lugubre, déchire ma pauvre tête. – Plaintes, vociférations et cris hideux de bêtes,...

LA MORT D'UN ROI

genre : envoi en alexandrins
origine : texte personnel

Yoko se trémoussait sur le dancefloor surchauffé, en contrebas. Attablé à la galerie suplombant la piste de dimensions modestes, - nous avions préféré passer la soirée au Blue Parrot, une boite plutôt intimiste mais design et sécurisée, je l’admirais dans ses déhanchements et ses ondulations de liane vivante. Yoko était pour moi une énigme, mais en tout cas, sa plastique était remarquable. Presque androgyne, cette grande fille coréenne se déplacait avec grâce en toutes circonstances...

genre : érotique – test d'écriture
destination : projet de roman pour un tiers - non réalisé

YOKO

ENVOI À LAURENT

genre : poème en alexandrins
origine : commande pour un anniversaire
contraintes : inclure des citations poétiques et les étapes et anecdotes de la vie de Laurent

De Cyrano l’on dit, bretteur infatigable, – Qu’il écrivait fort bien, aimait se mettre à table.
Quels parallèles oser, quelles comparaisons faire ? – Alors qu’il est Gascon, tu es Normand compère.
Il écrit pour sa belle, écris-tu, en secret ? – Il aimait bonne chère, tu es aussi gourmet.
Bergerac s’escrimait à joindre notre Lune : – Par diverses méthodes, folles et inopportunes.

942 NE RÉPOND PLUS ?

... La tempête d’éclairs, de rafales pluvieuses et de bourrasques venteuses s’apaise lentement. Le ciel reconquiert son bleu éclatant et les couleurs du paysage forestier et des cimes se ravivent. 942 s’accorde quelques minutes d’une dernière contemplation admirative, avant de mettre fin au programme. Il rejoint son glisseur resté en bord d’océan, là où le clapotis se meurt, dans d’incessants et éternels assauts vers la plage de sable blond. La plateforme profilée...

genre : science-fiction
origine : écriture personnelle

VENEZ CHERCHER VOTRE HÉRITAGE | NANTES 1792

Jean-Baptiste Foucault-Josselin contemple, par les larges baies vitrées de son bureau, l’agitation sur les quais du port de Nantes. Face à lui, de l’autre côté du fleuve, l’île Feydeau résonne des sons lourds et aigus issus des ateliers de construction et des bassins de radoub. À l’enseigne du Pirate, le Perroquet vert, la Tortue, ces estaminets populaires et colorés, en bord de quai, accueillent sur l’île Feydeau les marins désoeuvrés et les ouvriers au repos, tous en recherche de distraction, d’alcool, de rixes, de filles faciles.

genre : roman historique
édition : éditions Amalthée

LA FANETTE

... Il avait fait chaud et orageux cet après-midi là, les éclairs secs et électriques claquaient au fond du vallon, et derrière le mas, et au loin dans la vallée, plus bas, là ou un rayon de soleil tachai de bleu lumineux le ciel d'un gris sombre sur nos têtes. La chemise en coton de Fanette lui collait au dos, des ruisselets de sueur naissaient à ses aisselles et coulaient sur ses avant-bras, de même qu'au creux des aines, une moiteur sourde mouillait son sous-vêtement blanc à fin liséré de dentelle.

genre : roman – commande de texte préparatoire
particularité : mission commencée et non achevée (client décédé)

genre : biographie
origine : fabrication de livre offert pour leurs 80 ans par leurs enfants
destination : ouvrage en auto-édition pour famille et relations

SOUS LE SIGNE DES GÉMEAUX

|

©lasourisetlaplume2008-2020

ALLER À LA PAGE "EXEMPLES DE RÉALISATIONS"

[affichage des textes]

Cliquer l'image de texte ouvre le texte agrandi dans une nouvelle fenêtre.
Pour un confort de vision optimal, sous W10, cliquer droit sur "afficher l'image" puis utiliser la loupe.
Sous Mac, agrandissez l'image par les touches CMD et +

1. Le grand Bob était aussi surnommé Bob l’étourdi par les amis qui connaissaient nos occupations, activités que la Justice qualifie d’illégales. Bob était vraiment une figure, pas une figure du grand banditisme, plutôt un personnage de bande dessinée. Nous avons toujours agi sans violence, car nous n’étions pas si méchants que ça, et nous voulions toujours du profit sans trop de fatigue et sans grands risques. La vie de Bob se résumait à un enchaînement de maladresses, d’erreurs avec conséquences, et d’incompréhensions, car il avait un petit Q.I.
Si la situation n’avait pas été aussi tragique pour moi, j’aurai souri en me remémorant les meilleures sottises et bévues de Bob. Mais Bob était à la manœuvre, et je pouvais craindre le pire. Comme par exemple, lorsqu’il nous avait exhibé fièrement son nouveau joujou. Voulant jouer à John Wayne, il avait fait partir le coup sans le vouloir, tir qui avait explosé la vitrine aux bibelots et portraits de famille de la tante Adèle. Outre que nous avions dû rassurer les voisins, nous étions en larmes, nous tenant les côtes, douloureuses à force de rigoler.
De plus Bob était mon beau-frère… J’adorais ma sœur Louise, son seul défaut, c’était Bob. On ne choisit pas toujours les pièces rapportées de la famille.

genre : courte nouvelle de chantiers en dix temps et un épilogue
origine : écriture personnelle

Le cinq juillet 1935, c’est l’effervescence dans la chambre des parents située à l’étage au-dessus de l’épicerie familiale à Pavillons-sous-Bois. À l’époque, on accouche chez soi, entre soi, avec la famille réunie pour partager l’évènement. Lorsque le bébé arrive et pousse son premier cri, le champagne est ouvert, les coupes se remplissent, on va souhaiter la bienvenue au nouveau-né. Le docteur, d’un geste, interrompt le brouhaha et déclare à l’assemblée stupéfaite : « Il faudra attendre, il y en a un autre qui arrive ! »

LE GRAND BOB

DÉDICACE

genre : dédicace personnelle portée à la fin d'un livre réalisé par le prestataire
origine : commande du livre anniversaire des 100 ans de l'Hôpital Daumezon (45)
destination : 2000 exemplaires imprimés destinés à la communication de l'établissement
texte complet :

« À tous ceux qui sont venus ici, y sont ce jour, et viendront demain, en conscience ou sans comprendre,
à ceux qui écoutent, à ceux qui soignent… aux veilleurs et aux porteurs de paroles et d’espoir »
Marc CLÉMENT-HINGER